Les différents styles

Les différents styles de Pencak Silat
 

Il est impossible d’appliquer au Silat traditionnel des barèmes généraux, comme on le fait pour les arts martiaux traditionnels. Chaque professeur part de ses propres méthodes et séquences pour enseigner ce type de self-défense.

Les écoles et les styles de Silat indonésien sont les suivants :

Keluarga :

Keluarga veut dire « famille ». Ce type d’entraînement est généralement destiné exclusivement aux membres de la famille. Il a lieu dans l’intimité, sans que le public y ait accès. Il ne possède pas d’organisation formelle et la formation est elle-même informelle.

Aliran :

Vielles écoles de renoms avec de nombreux membres. Chacune d’entre elles a ses propres critères, ses propres normes. La relation élève – professeur (guru) a une très grande importance, est au premier plan de la formation. Il n’existe aucune organisation qui réunit tous les membres, comme par exemple dans les arts martiaux japonais (Judo ou Karaté).

Perguruan :

Sont généralement fondés par un ou plusieurs experts de Silat. Leur programme de cours est généralement élaboré à partir d’un mélange de différents systèmes de Silat, techniques et méthodes d’entraînement. Contrairement au style classique, l’Aliran, il existe ici un organigramme avec des titres, des catégories, des championnats, etc. Outre l’union verticale avec le chef du Perguruan, il existe également une forte cohésion sur le plan horizontal, c’est-à-dire entre les élèves eux-mêmes.

Il existe une incroyable variété de styles au sein du Silat indonésien. Suivant le groupe ethnique, la région ou l’île, le Silat peut s’exprimer de manière très variée.

Les « SILAT » :

Les Silat, styles de combat d’origine indonésienne, se caractérisent par une grande variété de mouvements. Malgré leur racine commune, probablement héritée de l’Inde, ils se sont diversifiés au cours des siècles, ce qui à donner lieu à un grand nombre de systèmes aux caractéristiques bien différenciées. Tout comme le Wu Shu, ils ont établi un lien important avec les mouvements animaux.

Leurs origines mythiques sont, dans beaucoup de cas, comme dans celui du Bersilat, associées à des figures féminines qui exportent la connaissance (MinangKabau).

Il est possible qu’il y ait des connexions avec la tradition chinoise, mais la magie particulière de leurs mouvements sinueux et félins est l’élément déterminant de leur succès naissant. Avec leur esthétique très définie et originale, les styles indonésiens, depuis une dizaine d’années, sont en train de se faire une place en Occident suite à l’immigration et au contact de différents maîtres avec les foyers originaires de cet art d’une exceptionnelle beauté.

Les commentaires sont fermés